Le Théâtre de Port-Louis

Le Théâtre de Port-Louis est encore une fois sous les feux des projecteurs tout comme celui du Plaza. Leur rénovation, si longtemps attendue, est encore une fois d’actualité et sera fait dans les moindres délais d’après les autorités.

A ces derniers aussi de se pencher déjà sur la question suivante : « A qui confier la direction de ces deux théâtres ? », car rénover ces derniers n’est qu’un premier pas pour faire renaître le théâtre à Maurice.

Faisons un petit voyage dans le temps pour découvrir l’histoire du Théâtre de Port-Louis, trop souvent négligé et peu connu de la jeune génération.

Le Théâtre de Port-Louis est la plus vieille de l’hémisphère sud et date de l’époque anglaise. En effet, la première pierre a été posée par le premier gouverneur anglais, Sir Robert Farquhar, en 1820. L’architecture est l’œuvre de Pierre Poujade, architecte reconnu de la colonie française. Un autre grand monsieur s’était chargé de la décoration intérieure en l’occurrence de Pierre Thuillier. Sens ?

L’inauguration a eu lieu le mardi 11 juin 1822 devant une assistance considérable sous la présidence du gouverneur Farquhar, comme nous l’affirme Antoine Chelin dans son ouvrage ‘Le théâtre à l’île Maurice’. Ce dernier affirme aussi que « cette fête fut couronnée de succès et la recette s’éleva à 1,800 piastres; recette qui jusqu’alors n’avait jamais été portée si haut à Maurice. »

Depuis son ouverture en 1822, le théâtre a occupé une place importante dans la vie des gens surtout celle de la bourgeoisie et des bourgeois de l’époque. Il y avait des spectacles pour tous les goûts : bals, opéras, pièces de théâtre. Il faut savoir aussi que le Théâtre de Port-Louis a connu plusieurs fermetures durant son existence, notamment durant la période de 1892 et 1894 à cause d’un cyclone et d’une série d’épidémies qui avaient frappé l’île. Il a ouvert ses portes de nouveau au début du 20ème siècle.

Le Théâtre a connu une popularité ascendante grâce à Max Moutia, ami de Robert Edward Hart et de Malcolm de Chazal, concepteur du quart d’heure d’écrivains mauriciens au défunt Mauritius Broadcasting Service, et sa troupe qui avait pour nom La troupe Moutia.

Ensemble la troupe a joué dans de nombreux opéras et autres pièces dont La Veuve Joyeuse, Faust, Valses de Vienne, La Tosca, La Chaste Suzanne, Rêve de Valse, Les cloches de Corneville, Werther, Chanson d’amour, La Vie de Bohême, pour ne mentionner que ceux-là.

En 1940, le Théâtre a dû fermer ses portes de nouveau à cause de la Seconde Guerre mondiale. Il est resté clos pendant sept longues années.

Après l’indépendance de notre île en 1968, le Théâtre de Port-Louis a connu un renouveau et a retrouvé sa gloire ancienne. De nombreuses troupes étrangères et celles du sol y ont défilé : opéras, concerts et comédies musicales.

Mais s’il y a une pièce qui sort du lot et dont beaucoup de gens en parlent toujours en 2015, c’est bien la pièce ‘Zozef ek so palto larkansiel’ adapté en kreol par Dev Virahsawmy et mise en scène par Gérard Sullivan. C’était en 1981. La pièce a été jouée une quarantaine de fois, et ce, à guichets fermés !

En 1854, la corporation municipale de Port-Louis en a pris possession. Après l’achat du Théâtre, les autorités municipales ont pris la décision surprise de transformer la salle de théâtre en cinéma. Et c’est là que Gérard Barry, qui était alors Conservateur du Théâtre, et d’autres comédiens sont intervenus pour sauver ce bijou du patrimoine mauricien. La question se pose : « Leur avons-nous assez dit merci ? »

Plus tard, dans les années 90, Port-Louis est appelé à se développer, à se réinventer et c’est là que les architectes Lam Po Tang, Pascale Siew et leur équipe, soutenus par le Service de Coopération et d’Action Culturelle à Maurice, ont travaillé pour faire renaître le théâtre. Ils avaient pour but de préserver ce patrimoine culturel et sa riche histoire afin de la transmettre à la génération future. Les travaux ont débuté en 1993. Ce travail de remodelage n’avait pour but que de préserver le patrimoine culturel de l’île Maurice et l’histoire qu’elle renferme afin de la transmettre au futur.

Les architectes ont eu fort à faire pour faire ressortir l’originalité des lieux telle qu’elle était au tout début de la construction du théâtre. A part les nouvelles créations, il y a eu aussi les nombreuses couches de peinture. Un travail plutôt difficile pour ses architectes.

L’architecture du Théâtre de Port-Louis est à l’italienne et on peut observer que sa structure d’origine a connu heureusement peu de changements à travers son existence.

Depuis 2008, le théâtre est fermé pour cause de rénovation ; voilà sept longues années qu’on nous demande de patienter. Un silence triste hante ses corridors.

A sept ans des célébrations du bicentenaire de ce bijou de notre patrimoine culturel, on ne peut qu’exprimer le souhait que d’ici 2022 (année du bicentenaire), le Théâtre soit ouvert de nouveau pour le plus grand plaisir des amateurs du théâtre mais aussi pour les enfants de nos enfants. Espérons aussi que la mairie trouvera l’argent requis pour sa rénovation. Pourquoi pas un partenariat public-privé en passant ?

  • Published in print edition on 24 July 2015

Add a Comment

Your email address will not be published.

Solution by Web Vision Ltd