SYDNEY SELVON

Formation des journalistes et Robertson Report

Un véritable défi aux groupes de presse

— SYDNEY SELVON

Geoffroy Robertson, Q.C. a raison de recommander aux patrons de presse – les grands groupes en ont les moyens – de mettre la main à la pâte pour faire renaître le Media Trust qui devrait aider à remédier au très grave problème de manque de formation de la majeure partie du personnel des journaux mauriciens. Je pense que l’effort devrait être multipartite et impliquer aussi le monde académique, travaillant en conjonction avec les patrons des groupes de presse et aussi certains groupes du secteur privé pour financer une grande entreprise de formation pour TOUS les journalistes de l’ensemble de la presse, c’est-à-dire n’excluant personne, ni aucun journal, même ceux n’ayant pas les moyens de financer une opération d’une telle envergure.

Ce n’est pas éthique de ne faire que des profits sur le dos des journalistes auxquels on s’abstient de donner une formation complète. Et c’est même dangereux et peu rentable, permettant aussi à une classe politique, en vérité très brillante académiquement en dépit de ses défauts, de se moquer des journalistes à longueur d’année.

Les patrons de presse sont peu formés au journalisme et aux mise en page modernes, soit ils sont des dinosaures, soit des investisseurs sans une culture moderne de la presse. Par ailleurs, l’information à Maurice est caractérisée par le fait qu’elle est répétitive jour après jour. Il y a un manque d’originalité et de photos qui pourraient parvenir au sommet de l’art journalistique et photographique. Mis à part une toute petite poignée d’exceptions, l’information est aussi est très peu rigoureuse, les titres manquent de punch et sont trop longs et détaillés pour la plupart, les textes sont souvent pauvres, les commentaires manquent souvent de conviction et se caractérisent par un laconisme plat ; les premières pages sont trop remplies, ne pouvant rivaliser avec celles de la grande presse indienne ou américaine – sans compter que l’encre des journaux mauriciens vous laisse des taches sur les mains, comme me le faisait remarquer un ami journaliste américain !

Comment les facultés à Maurice peuvent-ils travailler avec les patrons de presse ? Ce n’est pas aussi difficile. Le modèle canadien est très intéressant à ce point de vue. J’ai eu l’occasion de former les élèves de la prestigieuse université de communication-journalisme de Mount Royal, dans la province d’Alberta, au Canada. Ils étaient envoyés pour travailler pendant tout un semestre universitaire sous ma supervision ; après quoi, j’annotais leur performance sur des formulaires très détaillés de Mout Royal University, en tant que rédacteur en chef du groupe Bowes Publishers/Sun Media (Québecor Group). L’objectif était, d’après l’université Mount Royal, “learning in a real job setting by completing at least one semester-long, supervised work experience.”

Au terme de ce stage, ils rentraient à l’université pour compléter leur Bachelor en journalisme, lequel exigeait un rude apprentissage à tous les rudiments du journalisme, à savoir l’écriture journalistique, les arts graphiques (il leur fallait maîtriser parfaitement InDesign, Photoshop Pro et Acrobat Pro, entre autres), les différents aspects de la mise en page des actualités, des pages spécialisées, et des autres pages d’un journal ou magazine, le photojournalisme professionnel, etc.

Ce qui m’impressionnait surtout, c’est que ces étudiants étaient dotés, à leur arrivée dans mes bureaux pour signer leur recrutement, d’un très riche bagage intellectuel et étaient capables de faire de la mise en page, des reportages, de magnifiques photos non seulement de l’actualité, mais aussi des « stills » extraordinaires comme sur l’automne ou des thèmes comme la neige, la glace ou autres paysages, visages expressifs, attitudes, gestes, etc., qui souvent valaient d’être mises en une, rien que pour l’art. Faire une mise en page relève du grand art, pas uniquement photographique, mais aussi et principalement journalistique. Je les aidais à parfaire leurs connaissances d’InDesign et des autres logiciels graphiques, dont la maîtrise est absolument essentielle pour se faire embaucher pour n’importe quel poste dans la rédaction des journaux provinciaux de langue anglaise, y compris la rédaction sportive.

Ces exigences n’existent tout simplement pas à Maurice où il n’y a même pas des cours professionnels pour les journalistes, du moins de l’envergure requise en Amérique du Nord.

Ce qui est important, c’est que mes « pupils » apprenaient tout à l’université, puis leur « pupillage » à mon journal pendant 14 à 16 semaines consistait à apprendre en situation réelle au bureau et « sur le pavé », après les deux ans et demi d’études intenses en faculté. Ils retournaient ensuite à l’université pour terminer leur études académiques, enrichis d’une expérience professionnelle réelle qui les aidait aussi à trouver de l’emploi en faisant mention de leur stage pratique, avec une lettre de recommandation du journal dans des cas d’étudiants exceptionnellement doués.

Lorsqu’on constate le niveau du journalisme à Maurice aujourd’hui, mis à part les critiques souvent abusives et injustes de certains politiciens à l’égard des journalistes, il est vrai, et c’est honteux, que presque la quasi-totalité de nos professionnels n’ont jamais eu l’occasion de recevoir une formation aussi poussée que celle qu’offre des écoles internationales comme celles se trouvant au Canada, en France ou aux Etats-Unis.

Sans une contribution substantielle des patrons de presse à la formation, il sera totalement impossible de remédier à cette situation déplorable. Personnellement, je dois ma formation non pas à un patron mauricien de presse, mais à des institutions de l’Amérique du Nord, au Canada et aux Etats-Unis et mon premier apprentissage local sur le tas, à deux célèbres rédacteurs en chef qui accordaient un peu de leur temps précieux à la formation.

A la faculté de journalisme de l’Indiana University, aux USA, on offrait dans le temps des bourses spéciales pour des stages pratiques comprenant la couverture d’un briefing présidentiel à la Maison Blanche, une journée de débats à l’Assemblée générale de l’ONU, deux semaines de travail dans au moins deux journaux américains, des cours et des discussions en faculté, et j’en passe. Ces bourses d’études étaient octroyées lorsqu’un des responsables de la faculté d’Indiana University, lors d’une conférence à l’université de Maurice, m’avait remarqué parmi mes confrères et m’avait carrément offert cette bourse conjointement avec le Département d’Etat. Ceci était suivi, dans les années suivantes, d’offres semblables à un nombre très restreint de mes confrères. J’ai eu l’occasion d’y aller en 1972 et d’assister à la défaite par le conservateur Richard Nixon du candidat démocrate George McGovern, qui incarnait les espoirs de toute une jeunesse hostile à la guerre au Vietnam.

Le gouvernement se moque souvent des journalistes qui, en fait, à Maurice, appartiennent pour la plupart à la petite bourgeoisie ou à la classe ouvrière, très peu aux classes sociales aisées, et ceux-ci peinent pour des salaires vraiment modestes. En fait, le travail de formation devrait surtout relever de l’université de Maurice et d’autres institutions tertiaires et être abordables pour la bourse des membres de la profession.

Dans les années 90, M. B. Ramlallah et moi avions organisé via la Mauritiuis Union of Journalists, des cours de base donnés par la Commonwealth Journalists Association et il y avait eu un véritable déluge de demandes, y compris de la part de nombreux fonctionnaires du service public, pour ces cours gratuits ! Mais il faut beaucoup plus que cela et si le Media Trust renaissait, il serait possible de financer une formation plus poussée pour les journalistes qui n’ont pas l’occasion d’obtenir des bourses d’études pour étudier à l’étranger.

SYDNEY SELVON

Add a Comment

Your email address will not be published.

Solution by Web Vision Ltd