TP Saran

Politiques: réalités, contradictions, fou rires…

 

— TP SARAN

 

Vraiment, en voyant ces spectacles désolants de la part des uns et des autres ces derniers temps, on aurait pu vraiment pleurer. Mais pleurer pour qui ? Pour le pays ? Pour les citoyens ? Pour l’avenir de nos enfants ? Pour la société mauricienne ?

 

 

 

A l’évidence, ces politiciens et ce qu’ils nous disent – pour ne pas se servir de l’expression d’une vedette française: ‘ces grandes gueules qui nous gouvernent’ ! – n’ont qu’une chose en tête : comment et où se caser pour jouir des privilèges dont se gavent les gouvernants… Les thématiques d’intérêt citoyen sont évidemment très loin de leur principal souci. Donc, c’est mieux qu’on en rit, et qu’on les laisse à leurs ébats dérisoires et dégradants. Ils ne méritent pas plus qu’une attention transitoire de notre part car, gouvernement ou non, il y a suffisamment de bonne volonté et de compétences pour faire ‘rouler’ le pays.

D’ailleurs, on l’a bien vu: pendant plusieurs jours malgré l’absence des ministres démissionnaires de leur ministère, le travail a été effectué dans la continuité. Mieux : dans une atmosphère sereine, doublée d’efficience. On se demande bien à quoi se résume le rôle exact des ministres quand, sans eux, tout peut marcher impeccablement bien!

C’est la raison pour laquelle l’intronisation de deux nouveaux ministres ne nous intéresse que dans la mesure où le pays en souffrirait de ces présences vraiment non-essentielles. Nous continuons à reculer de cet idéal singapourien dont nous ne cessons d’être les chantres. Depuis belle lurette, la vision et la sagesse singapourienne ont su mettre au rempart les considérations autres que celles de la performance pour le bien-être de tous ses citoyens dans l’élaboration de sa structure politicienne et son système de gouvernance.

Dans cette perspective, est intéressante cette déclaration de Mireille Martin à propos de harcèlement subi par elle, jusqu’au point où elle a même dû rapporter le cas à la police. Puis, elle a affirmé qu’elle ne servirait pas à boucher un trou. Et, enfin, on la découvrira bientôt quand elle sera titularisée comme ministre. On se gardera bien de commenter sur celui ou celle qui a bouché le trou, étant donné qu’on ne veut pas descendre avec les politiciens dans leur trou.

Mais l’Histoire retiendra sans doute que les politiciens mauriciens d’une certaine époque ont fait preuve d’une carence spectaculaire de niveau et d’éthique, et à ce titre, ils ont démérité le respect des citoyens de leur pays.

 

TP SARAN

Add a Comment

Your email address will not be published.

Solution by Web Vision Ltd