Maha Shivaratri Task Force

Readers’ Response

Reference the articles in the last two issues of your esteemed paper on Maha Shivaratri (by Sarita Boodhoo and RN Gopee respectively).

Given the initiative of the Task Force to seek expert help from abroad for the upgrading of the Ganga Talao, a very commendable one as pointed out, perhaps the Task Force could also initiate a round table discussion of all relevant issues to be presented as a report as a preliminary document to be considered by the experts(s). This exercise should involve all stakeholders including religious heads, civil society groups/NGOs and youths among others.

S. Kumar
Quatre Bornes

* * *

Readers’ Response-Opinion

47 ans déjà que nous sommes un pays indépendant…

Saluons Bertrand François Mahé de Labourdonnais, doté d’une vision extraordinaire et vrai meneur d’hommes, à qui nous devons être reconnaissants pour avoir bâti notre capitale, Port-Louis. Saluons nos politiques qui ont chacun apporté leur pierre quant à la construction de la nation mauricienne.

Saluons aussi tous ces travailleurs engagés venus ici et aussi ces esclaves qui ont travaillé dans des conditions inhumaines : nous devons être fiers de leur contribution.

47 ans d’indépendance, un moment de joies et de célébrations, mais aussi un moment de nous remettre en question en tant que nation. C’est le moment de prendre du recul, de réfléchir sur les erreurs du passé pour mieux construire l’avenir.

Les défis sont nombreux sur le plan économique, social et écologique. Notre île a su surmonter la récession et a pu se tenir hors de l’eau quand beaucoup de grands pays n’ont pas pu le faire. Mais cela ne signifie pas pour autant que nous devons rester les bras croisés sans rien faire.

Au contraire, il faudra se diriger vers d’autres marchés. L’Afrique, on l’a dit un million de fois, représente un gros potentiel d’investissement et, vu notre situation stratégique, nous pouvons et nous devons faire ce pont entre ces deux grands continents qu’est l’Afrique et l’Asie. Et espérons que nous redeviendrons ce Stella Clavis Maris Indici (‘Star and Key of the Indian Ocean’) dans un futur pas très lointain.

Sur le plan social, nous avons vu une véritable ascension de la violence qui est synonyme d’une société en déclin. Il faudra trouver des solutions, et vite, avec les différents partenaires pour remédier au problème. L’école et la famille doivent travailler de concert pour sensibiliser les enfants de ne pas avoir recours à la violence ; il existe d’autres solutions pour remédier aux problèmes. Les diverses ONGs doivent aussi sensibiliser la population en général contre l’utilisation de la violence. Cela gâche aussi notre image d’île paradisiaque et cela affecte le tourisme qui est l’un des piliers économiques de notre pays.

Maurice est une île insulaire et même s’il y a un risque quasi inexistant qu’on ait des tsunamis, le réchauffement climatique doit nous interpeller car il faudra penser à nos enfants et à nos petits-enfants. Cela me fait penser à Henry David Thoreau qui disait il y a longtemps : « Quelle est l’utilité d’avoir une maison si tu n’as pas de planète tolérable pour la placer dessus ? »

47 ans que nous sommes indépendants. Nous avons l’honneur ici d’avoir plusieurs cultures qui cohabitent en paix et en harmonie, mots de M. Prosper qui résonnent chaque année le 12 mars quand retentit notre hymne national. Mais il est temps de penser véritablement en termes de nation, regret exprimé par feu Phillipe Forget qui disait que nous ne pensons pas en tant que Mauriciens mais, au contraire, nous pensons toujours en termes ethniques. Nous souhaitons de tout cœur que son vœu se réalise un jour. Et comme le disait le Dr King, j’ai aussi un rêve que tous les Mauriciens se réuniront un jour comme un seul peuple et une seule nation sous le signe de la fraternité.

Nous pouvons appartenir à telle ou telle communauté. Nous sommes tous différents. Mais, avant tout, nous sommes tous Mauriciens. Et soyons fiers de l’être pas seulement le jour du 12 mars mais tous les jours.

Je vous souhaite une très bonne fête de l’indépendance et comme le dit si bien le chanteur Nitish Joganah : « Moris sa nou mama. Nou lonbri antere isi ».

Kavinien Karupudayyan

* * *

Sérénade du Yangtze Jiang

Voguer sur ton onde

C’est t’écouter chanter, Yangtze Jiang.

Tu es plus qu’un fleuve aux eaux limpides,

Tu es dix mille li de rêves.

Tu nous conduis vers des lieux sublimes

A travers coteaux et plaines fertiles,

Vallons et rizières.

Des fois nous hélons un sampan qui passe,

Ou nous prêtons l’oreille

Aux complaintes mélodieuses

D’une quelconque princesse

Confiant, sous un saule pleureur,

Ses chagrins aux canards mandarins.

Ce soir tous les pipas, tous les violons

Vont inonder le ciel de leurs refrains,

Car la lune va se dévoiler.

Comment ne pas faire halte pour une nuit?

Clifford Ng Kwet Chan

Add a Comment

Your email address will not be published.

Solution by Web Vision Ltd